Le Projet de l’association pour Yaongo au Burkina Faso (Afrique)

Ecoles

Le nombre d’enfants en âge d’être scolarisés (de 6 à 12 ans) est de 857 mais seulement 47 % vont réellement à l’école. L’effectif de l’école de Yaongo est de 313 élèves (chiffres 2012-2013) dont 174 garçons et 139 filles. (CM2 71 élèves ,CM1 39 élèves,CE2  52 élèves,CE1 43 élèves, CP2 42 élèves,CP1 66 élèves) Le village compte 3 écoles, l’une d’entre elle est totalement réhabilitée. ADVY y a concentré ses premiers efforts parce que 3 des classes étaient sous un hangar.
Aujourd’hui l’école compte 2 bâtiments de 3 classes chacuns. L’un des bâtiments a été entièrement financé par l’association. Grâce aux efforts de tous, des arbres ont été plantés dans le périmètre de l’école. Dans les semaines qui ont précédé cette plantation, une clôture de protection du secteur scolaire a été mise en place : 800m de grillage sur 2m de hauteur. Les arbres sont ainsi protégés des animaux et le vaste domaine de l’école est ainsi bien délimité.

carteecole-450x318

Les élèves qui voulaient continuer leurs études devaient se rendre au collège de Dargo (10Km) à vélo et il était déjà au-delà de ses capacités d’accueil. Grâce à ADVY, aux adhérents et donateurs, un collège a été construit à Yaongo. il permettra de scolariser un peu plus d’enfants (notamment des filles) du secteur en limitant leurs déplacements et en leur offrant de meilleures conditions de réussite.

Sur cette première vidéo, les anciens élèves de l’école de Yaongo participent au concassage des cailloux pour la construction de l’école.

Participation de population locale à la construction de l’école. Pour construire le nouveau bâtiment, les habitants de Yaongo ont été mis à contribution notamment pour le ramassage des agrégats. Chacun a ainsi pu participer, même le chef du village ou les enfants.

Rencontre entre la population de Yaongo et Bénédicte Thiébaut-Georges (aujourd’hui YOUMA) Présidente de l’association ADVY, Hado Youma Vice-président et Anne-Flore Thiébaut-Georges chargée de projet. Le déroulement des travaux est décrit à la population qui est venue en nombre pour l’occasion. Le chef du village est également présent.

Voici le reportage passé sur la RTB (la grande chaine de télévision du Burkina Faso) au journal de 20h le 01 décembre 2010. Il y est question de l’inauguration du nouveau bâtiment de l’école de Yaongo entièrement financé par l’association, ses adhérents, partenaires et donnateurs.

Santé

Le village compte 3000 habitants. 50% de la population a moins de 18 ans. Le taux de natalité étant de 45,6 pour mille au Burkina Faso, la moyenne étant de 7 enfants par femme et comme certaines femmes des villages avoisinants sollicitent aussi la maternité de Yaongo, on compte environ 45 naissances par mois. Grâce à vos dons, l’association a pu réhabiliter le toit du dispensaire-maternité qui fonctionne toujours sans eau courante et les logements des agents de santé qui pensaient quitter le village faute de logement décent. Nous l’avons aussi l’électrifié afin de pouvoir conserver au réfrigérateur certains médicaments, comme les vaccins, ou encore pouvoir faire des interventions la nuit dans de meilleures conditions.

La qualité de l’eau est également une priorité. Bien que dans certaines parties du village des pompes à eau soient installées, il y a encore des endroits où seuls les puits traditionnels sont en service, ce qui est malheureusement vecteur de maladies surtout à la saison des pluies où l’eau de ruissellement souillée les inonde.

Cette vidéo a été tournée en août 2010. C’est un message adressé à Hado Youma, Vice-Président de l’association et natif de Yaongo, par le réparateur de pompes à eau du village. Il est ici question de la pompe à eau du groupe scolaire de Yaongo.

Août 2010. Voici l’un des puits traditonnels de Yaongo. Son eau sert également pour la cuisine. L’amélioration de l’approvisionnement en eau et sa qualité font partie des priorités de notre association.

Accessibilité

Il n’y avait pas de piste pour aller de Dargo jusqu’au village (10 Km) ce qui rendait Yaongo difficile d’accès surtout à la saison des pluies. Il devenait impératif de trouver des ressources afin d’aménager une piste carrossable en toute saison. L’Etat s’est saisi du dossier et les engins de construction sont arrivés au village pour réaliser les travaux tant attendus.

la piste reliant Dargo a Yaongo inonde a la saison des pluies

Avant les travaux, à la saison des pluies

la piste reliant Dargo a Yaongo defoncee par les pluies

Avant les travaux, les pluies ont tout raviné