Effets de la penurie alimentaire à Yaongo

Yaongo, Burkina Faso mi-juin 2012

Une centaine d’enfants du village sont  victimes de malnutrition et bénéficient  de compléments alimentaires offerts par le PAM (Programme Alimentaire Mondial) et l’UNICEF . La distribution a commencé  samedi dernier et la dotation est suffisante pour l’instant ( ils ont reçu une vingtaine de cartons contenant chacun 150 sachets de plumpy nuts *)

En 4 à 6 semaines de traitements, les enfants sont remis d’aplomb. Ils en bénéficient dès l’âge de 6 mois si le diagnostic de malnutrition est posé.

Pour les nourrissons de moins de 6 mois, donc non sevrés, ce sont les mères qui bénéficient de céréales enrichies.

De même, les femmes enceintes  peuvent se présenter au dispensaire afin d’y retirer des céréales et de l’huile.

A Yaongo, 3 agents de santé dispensent des consultations et prescrivent des traitements ambulatoires. Les cas les plus graves sont transférés à Boulsa – la ville la plus proche –  au centre de récupération et d’éducation nutritionnelle (CREN).

 Au niveau de la mairie de Dargo, commune dont fait partie le village, le gouvernement organise des ventes de céréales à prix social :

25 kg de maïs coûtent 6000FCFA

30 kg de riz coûtent 12 à 15000FCFA

 L’action en cours ne concerne que les enfants de moins de 6 ans et les femmes enceintes qui sont les plus fragiles. Le reste de la population doit aussi faire face à la pénurie alimentaire…

 * Plumpy’nut est un aliment à base d’arachide utilisé en cas de famine, conçu en 1996 par les scientifiques français André Briend et Michel Lescanne.

C’est une pâte énergétique prête à l’emploi sans dilution, ni préparation préalable, à base d’arachide à haute valeur nutritionnelle, présentée dans un emballage individuel, qui peut être distribuée aux enfants malnutris pour une consommation à domicile, plutôt que dans des centres de renutrition. Plumpy’nut a le goût du beurre d’arachide en plus doux. La FAO la classifie comme une nourriture thérapeutique prête à l’emploi (RUTF : Ready-to-Use Therapeutic Food). (cf. Wikipédia)

Quant au mil que nous avons stocké (dix tonnes), nous le distribuerons plus tard.

La crise ne fait que commencer et elle atteindra son paroxysme à la fin juillet et au mois d’août, quand les réserves seront épuisées et que les prix risquent d’augmenter. Il sera alors possible de proposer ce mil à prix raisonnable à la population du village. Nous restons vigilants sur l’évolution de la situation…
Bien sûr, si la nécessité s’en fait sentir, le calendrier sera avancé, mais, en ce cas, nos provisions pourraient s’avérer insuffisantes…

Les photos ci-dessous montre le stockage du mil acheté par ADVY en vue de la pénurie d’août prochain.

2 réflexions sur “Effets de la penurie alimentaire à Yaongo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *